: 3 min

De stagiaire à collaborateur, Robin Guyomard a déployé le tout premier robot autonome intelligent de Safran

Le parcours de Robin chez Safran Electrical & Power a été de pair avec le déploiement du tout premier robot autonome intelligent au sein de Safran. Après avoir réalisé un stage de fin d’études sur le site de Niort, Robin a été recruté en contrat à durée indéterminée en qualité de chef de projet du robot, qui est depuis entré en service dans l’usine. Interview.

Comment avez-vous été embauché chez Safran ?

Tout est parti de mon projet de fin d'étude, qui portait sur le déploiement d'un robot autonome intelligent dans l'usine de Safran à Niort. Par chance, cela a conduit à mon embauche ! La supply chain du site souhaitait gagner en ergonomie et en productivité sur les activités logistiques et un projet de véhicule autonome était à l'étude depuis 2015. A cette époque, la cobotique balbutiait dans le déplacement autonome et les seuls robots qui existaient dans l'aéronautique étaient filoguidés, c'est-à-dire qu'ils se déplaçaient sur des rails. En 2017, j'ai été pris en stage de fin d'études pour mener ce projet, puis j'ai été embauché en CDI et le robot est depuis entré en service.

Que fait concrètement ce robot ?

Il se déplace de manière autonome pour récupérer les kits d'assemblage, qu'il livre sur les différentes lignes de production. Il se déplace selon des règles de circulation programmées mais sait également identifier les obstacles, les contourner, s'arrêter si son chemin est complètement bloqué et repartir quand c'est débloqué. D'un point de vue ergonomique, le robot supprime la quasi-totalité des déplacements des opérateurs et réduit le port de charge de 50%. En termes de productivité, l'activité des collaborateurs dédiés à l'assemblage des kits de contacteurs et de distribution sur les lignes de production a été optimisée de +30%. Cela permet de recentrer le métier d'agent logistique sur des tâches à valeur ajoutée, à savoir la préparation des kits qui nécessite une expérience et une connaissance indispensable des produits.

Qu'en avez-vous retiré à titre professionnel et personnel ?

C'est l'aboutissement d'un projet de longue haleine. A titre professionnel, je suis satisfait car le robot répond bien au besoin des opérateurs qui travaillent avec au quotidien. On croit souvent que ce type de solution supprime le travail, or le but est en réalité d'améliorer l'ergonomie et le contenu du poste, en apportant de la nouveauté. A titre personnel, c'est un beau challenge car on m'a confié une importante responsabilité, avant même mon embauche. Cela m'a permis de beaucoup monter en compétence sur la gestion de projets. Je ne pouvais pas espérer mieux pour un stage de fin d'études. Aujourd'hui, j'endosse le rôle de Business Process Owner et assure le maintien du robot.

 

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer